Photo by Karsten Würth (@inf1783) on Unsplash

Une crise de confiance dans l’industrie agroalimentaire

L’industrie de la grande consommation est touchée par une crise de confiance des clients envers les grandes marques de distributeurs. Vous avez surement entendu parler de l’affaire de la contamination à la salmonelle dans une usine de Lactalis. En effet les clients critiquent le manque de traçabilité sur les  produits qu’ils achètent. Comment savoir si les œufs que vous avez achetés proviennent de poulets élevés en plein air ou de manière industrielle avec des OGM?

La blockchain est une solution idéale

La blockchain vient résoudre le problème de traçabilité et de transparence. Si vous souhaitez connaitre la provenance de votre poulet c’est désormais possible pour certains produits de Carrefour. Vous pourrez désormais scanner un code QR sur l’emballage du poulet et connaitre son parcours entre l’élevage et la mise en rayon, le nom de l’éleveur, si l’animal a été nourris bio ou avec des OGM. La blockchain sera « déployée à huit autres filières animales et végétales comme les œufs, le fromage, le lait, l’orange, la tomate, le saumon et le steak haché », précise Carrefour dans un communiqué.

La blockchain combinée avec l’IoT (Internet of Things, en français l’Internet des Objets) permet de récolter un nombre important de données entre la production et distribution. En effet les différents acteurs vont remonter des données sur la blockchain mais ne pourront pas la modifier.

Les processus de blockchain pour l'agriculture

Publicité

Il existe déjà des startups qui développent des solutions pour combiner les nouvelles technologies avec la blockchain. Par exemple : Connecting Food, startup française, propose une solution basée sur la blockchain et les clouds, en certifiant en temps réel la provenance des aliments que vous achetez en magasin. Connecting Food travaille en partenariat avec IBM et le CEA List. Sara Tucci, chercheuse au CEA List détaille son fonctionnement : « Un producteur qui affirme produire des oeufs sans antibiotiques, lorsqu’il enregistre cette déclaration dans la blockchain, ne peut le faire sans enregistrer en même temps un certificat délivré par un organisme certificateur. Ce certificat a une validité. Le système de dating, intégré à la blockchain va donc la vérifier à intervalles réguliers. Si un jour il n’est plus valide, l’alerte est donnée. »

À quand la blockchain dans le secteur de l’habillement ?

Leave a Reply